La mer - Mon père

Ta peau, emballage de cadeau
Tes mots, bouées au milieu de l’eau
Nos mains, aux doigts pétallins
Les roses, s’ouvrent comme notre destin
Les bras écartés tous les matins

Ton âme, ne suit plus ton corps
Tes yeux, esseulés miradors
La mer, route de mon père
La vie, une oeuvre qu’il a su refaire
Elle ne peut plus rester linéaire